Stabilité, continuité, efficacité!

40 ans de stabilité et de continuité à Blegny, c’est aujourd’hui une commune au service de toutes et de tous,
soucieuse avant tout de l’intérêt général et qui peut encore développer des projets ambitieux
pour faire progresser nos villages.

Blegny

40 ans de souvenirs

Depuis 1976, date des fusions de communes, la population blegnytoise fait confiance de façon permanente à l’équipe du bourgmestre, d’abord Louis ARNOLIS, ensuite Jean BASTIN, aujourd’hui Marc BOLLAND.

Il y a des raisons à cela évidemment : la gestion de la commune a toujours été assumée avec bon sens ; les mandataires, bourgmestre, président de CPAS, échevins, conseillers, se sont toujours montrés disponibles, accessibles, à l’écoute de tous ; leur comportement a toujours été honnête et irréprochable.

Afin de relater l’évolution de nos villages lors de ces 40 années de majorité socialiste, nous avons voulu éditer un livre. A partir de la fusion des communes jusqu’à nos jours, nous nous sommes réunis en un comité spécifique pour réfléchir et y partager nos souvenirs, parfois cocasses, sur les différents pans importants de notre histoire et des projets que nous avons développés.

Ce livre collector est disponible auprès de notre Présidente,
Marie Greffe (0478/614 302), au prix de 10 €. N’hésitez pas à la contacter !

Afin de vous donner l’eau à la bouche, vous avez également la possibilité d’avoir une lecture « on line » du premier chapitre via le bouton ci-dessous. Les « coins de pages réactifs » vous permettront de naviguer virtuellement dans cet ouvrage, comme si vous l’aviez entre les mains.

Aujourd’hui

Notre équipe représente…

Voix de préférences

Bourgmestre & Echevins

Conseillers communaux

Conseillers C.P.A.S.

Notre parti

au fil du temps

1976

La campagne du PSB

Tous les candidats, militants et sympathisants se mobilisent pour une campagne qui sera dynamique, digne et respectueuse de tous. Cette campagne sera, en fait, longue, ardente et, par moment tendue, mais nous gardons notre sérénité. Nos adversaires ne nous ménagent pas et nous attaquent par des questions insidieuses, mais nous ne nous abaissons pas à répondre ; nous développons notre programme sans attaquer personne. Nos candidats, adhérents et sympathisants participent au collage d’affiches, à la distribution des tracts électoraux. Les soirées sont longues et les nuits sont courtes… Nos adversaires sont certains que nous échouerons ; nous continuons notre chemin…

Nous sommes le 10 octobre 1976…

1976

Soirée du 10 octobre

Ainsi donc, si la journée de ce dimanche 10 octobre parait interminable: nerfs à vif, militants fatigués, témoins du parti redoublant d’attention dans les bureaux de vote et de dépouillement, lorsqu’en fin de soirée le résultat tombe : C’EST L’EXPLOSION !

Venant de tous les villages, les sympathisants montent vers le local PSB à la Maison du Peuple : que d’accolades, d’embrassades, de rires, de pleurs de joie ! Spontanément, un cortège de voitures s’organise et nous sillonnons les rues de tous les quartiers de la nouvelle entité, sous de nombreux applaudissements… et de quelques huées de déçus… Ainsi va la démocratie !

1977

Mise en place de la fusion

L’équipe PSB est maintenant connue : il faut maintenant mettre tout en place…

Le grand moment historique est arrivé : nous sommes le 1er janvier 1977… Dans la Salle du Conseil comble, après la désignation officielle de Julien Renard en tant que Secrétaire communal, celui-ci prend acte de la présence des Conseillers élus et chaque groupe présente son candidat Bourgmestre : Louis Arnolis (Saive) est élu par dix voix contre neuf, sous les applaudissements. Nous venons d’assister au premier vote majorité contre opposition. Il y aura beaucoup d’autres par la suite, l’opposition choisissant presque systématiquement de ne pas utiliser la participation constructive : il faudra plusieurs dizaines d’années pour voir un peu d’assouplissement…

Le Conseil procède ensuite à la nomination des Echevins :

  • Joseph Matoul :  Echevin des Affaires sociales (Housse) ;
  • Jules Lecane :  Echevin de l’Enseignement (Saint-Remy) ;
  • Clément Godinas :  Echevin des Travaux (Blegny) ;
  • Jean Bastin :  Echevin des Finances (Mortier).
1977-1982

La consolidation de la fusion

Les cinq autres années de cette première législature voient l’approfondissement de cette organisation et les premières réalisations au service des citoyens.

Point délicat concernant la vie quotidienne des habitants :

  • La dénomination des noms de rues ;
  • L’acquisition du matériel nécessaire est aussi une priorité ;
  • Un effort est accompli pour faire remplir par toutes les écoles leur rôle fondé sur les valeurs de l’enseignement officiel ;
    • En ce qui concerne les infrastructures scolaires, l’école de Housse étant trop petite, il est décidé de construire une nouvelle école maternelle ;
    • L’école de Saive, la plus importante de l’entité, ne comporte pas de gymnase. Aussi, il est décidé de construire un hall omnisports au centre du village.
  • Précisément, en matière d’infrastructures sportives, de nombreuses initiatives communales sont prises : acquisition des terrains de sports de Saint-Remy et de Barchon – rachat des installations du terrain de football du FC Blegny – aménagement des terrains communaux de Mortier, Housse et Saive – aménagement de courts de tennis à Housse.
  • Sur le plan de la relation humaine : noces d’or, primes de mariage et de naissance, service d’aide et d’information au niveau des pensions, du revenu garanti aux personnes âgées, des allocations familiales, des allocations handicapés, des primes à la construction ;
  • sur le plan du logement social : contacts renforcés avec les sociétés d’habitations sociales « La Visétoise », « La Terrienne » et « Le Foyer de Fléron ».
1982

Seconde campagne du PSB

Confiance est renouvelée à Louis Arnolis et à Nicolas Arnolis qui ont très bien honoré leur mandat au cours de la première législature de la fusion et de nouvelles figures apparaissent.

La liste s’intitule « Liste PS du Bourgmestre – Liste 22 ». L’explication en est donnée : « Louis Arnolis, dont la conduite fut héroïque pendant les années de guerre, est connu et apprécié de tous. Refusant toute politique partisane, il a géré la commune dans le respect de tous, des opinions et conceptions. Louis Arnolis est un Bourgmestre compétent et plus qu’expérimenté. Aucune « tête de liste » ne peut lui être comparée ».

L’argument majeur mis en évidence est percutant : « Sur les 589 communes que compte la Belgique, seules 77 clôturent leur compte en boni.

1983-1988

Une deuxième législature de fructueuse transition

Depuis six ans, beaucoup de choses ont évolué dans nos villages ; attirés par l’attractivité des lieux, de nouveaux quartiers ont fait leur apparition, d’autres se sont agrandis ; bref, notre population est sans cesse en expansion.

D’où de nouveaux besoins : le mode de vie a évolué ; notre voirie ne répond plus aux normes de salubrité ; l’écoulement des eaux usées pose problème en différents endroits ; nos jolis ruisseaux montrent des signes de pollution.

  • Notre Echevin des travaux et du cadre de vie Gilbert Herkenne propose-t-il de réaliser un plan d’égouttage général et l’établissement d’une liste de priorité pour les travaux à venir et le matériel nécessaire (humain et mécanique) utile à cette vision. L’installation des égouts à Saint-Remy (Supexhe-Voie du Pont) sera une des premières concrétisations sur le terrain ; d’autres suivront tout au long des années.
  • Il en va de même dans l’enseignement. L’augmentation du nombre de familles nécessite un effort dans les possibilités d’accueil. L’Echevin de l’enseignement Guy Vercheval y travaille. Parmi les premières réalisations, les nouvelles classes pour l’école maternelle à Saint-Remy et les nouveaux locaux à l’école de Saive seront particulièrement bien accueillis.
  • Autre conséquence de l’expansion de la population : si l’on nait beaucoup, on décède aussi ! Avec comme corollaire que nos vieux cimetières deviennent trop petits. Progressivement, chaque village voit soit son cimetière agrandi quand il y a possibilité d’extension, soit, s’il le faut, un nouveau cimetière est aménagé.

Mais aussi :

  • Création de l’asbl de gestion du Hall Omnisports de Saive sous l’égide de l’Echevin des Sports, M. De Koker ;
  • En matière de développement touristique, l’Echevin Jean-Claude Phlypo est particulièrement attentif au développement du site de l’ancien charbonnage du Trimbleu qui a définitivement cessé ses activités en mars 1980. En 1983, grâce à la Province de Liège et à la Communauté française, une ASBL de gestion est créée, sous la Présidence de Paul Bolland, député permanent ;
  • C’est à cette époque que nous sont proposées simultanément les possibilités d’achat du Fort de Barchon et du Bois du Bacsay à Housse, tous les deux pour la même valeur. Nous devons faire un choix : d’un côté, le Fort assez vétuste et demandant de nombreux travaux de sécurisation, de l’autre, le bois du Bacsay, ne demandant pas d’investissement direct, mais qui est un plus appréciable écologiquement parlant. Nous ne pouvons courir deux lièvres à la fois et notre choix se porte sur le bois qui devient donc propriété communale et poumon vert entre Barchon/Housse/Saint-Remy/Blegny ;
  • L’activité du CPAS est aussi une réalité importante pour les concitoyens ayant des difficultés. On réalise, pour les besoins de ces services, la construction de nouveaux bureaux à l’arrière de l’ancien hospice ainsi que d’une salle susceptible d’accueillir les réunions des pensionnés et d’organiser leurs loisirs. Il est également réalisé deux appartements de dépannage pour personnes provisoirement en détresse. Du personnel vient grossir les effectifs et une bourse aux vêtements et au mobilier de seconde main voit le jour ;

Cette législature – qui a vu aussi l’inauguration par l’Echevin des Classes moyennes Jean-Claude Phlypo du Marché hebdomadaire au centre de Blegny – a vu de nombreuses autres réalisations, dont nous n’avons retenu ici que quelques-unes.

1985

Changements politiques importants

Cette législature sera aussi marquée par plusieurs faits politiques importants.

Le premier concerne le Conseil provincial. Pour la première fois, une Blegnytoise est candidate : Myriam Abad-Perick. Elle occupe la 4ème place et est donc élue en tant que Conseillère provinciale. Ce beau résultat sera conforté lors des élections provinciales du 13 décembre 1987 qui voit le PS passer 44,7 % et Myriam Abad-Perick confirmer son mandat à la Province.

Le second fait politique majeur de cette législature est le changement à la tête de notre commune en 1984. Le Bourgmestre Louis Arnolis, qui avait forgé l’estime de tous par son sens de la justice, son esprit de tolérance et son courage dans la prise des responsabilités est amené, en raison de son état de santé, à donner sa démission en tant que premier Magistrat de la commune. Quelque peu désemparées, les instances du Parti se réunissent et, à l’unanimité, plébiscitent le premier Echevin Jean Bastin pour reprendre cette difficile succession tout en gardant la responsabilité des finances communales.

1988

Elections communales

Le Bourgmestre honoraire Louis Arnolis apporte un soutien moral appréciable et apprécié. Il s’adresse ainsi au corps électoral :

« Fidélité à ma commune et à mon idéal : c’est une vertu que je place, loin, au-dessus des autres… Cette vertu, que vous avez bien voulu me reconnaître tout au long de 31 années de vie publique, c’est chez Jean Bastin, votre Bourgmestre, que je l’ai retrouvée. J’en suis heureux et fier… Jean Bastin, et avec lui toute son équipe, est un homme fidèle à son idéal : je m’en porte garant, il en a fait la preuve. »

1989-1994

Nouvel élan

Nous rappellerons, quelques grands dossiers, parmi d’autres, de cette troisième législature : La salle des « Nouveaux Amis de la Jeunesse » de Mortier est reprise comme propriété communale pour le franc symbolique et aussitôt réaménagée ; les comités mortiétois pourront poursuivre leurs activités dans un local rénové et l’école bénéficiera de l’accès à cette salle. Sous la conduite de Gilbert Herkenne, l’Echevinat des travaux est au four et au moulin ! Un jeune élément dynamique, Jean-Pierre Bruwier, est désigné comme chef des travaux et le service continue sa série de travaux d’égouttage et de réfection des voiries communales.

Un gros dossier pose problème. La nationale 604 qui relie Micheroux à Visé traverse les villages de Housse et de Saint-Remy. Elle est particulièrement dangereuse à Housse où de nombreux accidents mortels ont eu lieu. Après de nombreux contacts avec les Ponts et Chaussées, nous obtenons un premier accotement, puis un second, entre Barchon et Housse, avec marquage au sol pour la courbe dangereuse à l’entrée de Housse.

En ce qui concerne les locaux pour nos services, les nouveaux s’avérant un rien trop exigus, vu l’accroissement des effectifs – des fonctions de chef de travaux, de chef de bureau, de receveur ont été créées – l’accroissement de ces locaux, qui double la surface originelle, est mis en oeuvre.

Un autre gros dossier mobilise l’ensemble du Collège : la fermeture annoncée par les autorités supérieures du Lycée de Blegny, plus que trentenaire. C’est un énorme parc au centre de Blegny qui devient disponible, un établissement moderne et modèle, un véritable poumon au centre du village. Après une longue évaluation des coûts de l’opération, nous décidons de nous rendre acquéreurs du site. L’école est aussitôt déménagée dans les nouveaux locaux disponibles.

Sur le plan du développement économique l’Echevin des Classes Moyennes Jean-Claude Phlypo propose que nous agrandissions le zoning commercial de Barchon en achetant les terrains champêtres qui se trouvent le long de l’autoroute, à la limite de Soumagne, étant donné qu’il a reçu de nombreuses demandes de petites entreprises. Tout est mis en oeuvre pour ce chantier aux retombées économiques importantes.

L’Echevin Alain Lepoint, dans son souci de travailler à la qualité de la vie dans notre commune, lance plusieurs chantiers de l’environnement, avec nettoyage de différents lieux de l’entité, notamment sur la Julienne, le Ways et le Bolland.

Cette troisième législature communale seront marquées par de tristes nouvelles qui seront douloureusement ressentie par tous les Blegnytois. En mars 1990, notre Bourgmestre honoraire Louis Arnolis nous quitte. Un hommage bien mérité lui est rendu.
Un décès tragique frappe nos rangs : Jean Leruth (Housse), Ancien Conseiller communal, perd la vie dans un accident de la route. Francis Pirotte (Housse) le remplace au Conseil communal.

1994

Elections communales

L’échéance du 9 octobre voit le Parti réactiver ses organes

de préparation électorale.

La « commission des sages » formule des propositions, à la fois quant à la composition de la liste et aux thèmes de base de la campagne.

Ces propositions sont soumises à l’examen par les sections et ensuite présentées et discutées au C.G.C. … Très rapidement un accord se dégage.

En ce qui concerne la composition de la liste, la personnalité du Collège sortant et la qualité du travail accompli font que les premières places sur la liste sont attribuées au Bourgmestre et Echevins sortants. Il est, par ailleurs, veillé à la représentation la plus correcte possible de tous les villages, selon une stratégie qui avait porté ses fruits lors des scrutins précédents.

Les thèmes généraux retenus pour la campagne sont :

  • servir la population ;
  • renforcer la sécurité ;
  • protéger l’environnement ;
  • lutter contre l’exclusion sociale et rendre la société plus juste ;
  • améliorer le cadre de vie et rendre la vie plus conviviale.
1995-2000

Quatrième législature : continuité et initiatives

Un épisode lamentable fait suite à ce scrutin : le groupe ARC, digérant mal sa défaite, croit bon d’introduire un recours demandant l’annulation de l’élection et de la nomination de Jean Bastin, sous prétexte de non-respect de la loi sur les dépenses électorales. Cet argument est rejeté, sur base des analyses juridiques effectuées, d’abord par la Députation permanente de la Province siégeant en instance de validation des élections, ensuite – l’ARC ayant prolongé la démarche avec une mauvaise foi évidente – par le Conseil d’Etat lui-même.

La nomination de Jean Bastin est donc validée et l’élu blegnytois peut alors prêter serment dans les mains du Gouverneur de la Province Paul Bolland.

La fièvre électorale est retombée : en ce début 1995, le travail de gestion communale peut reprendre. La majorité des Echevins étant en fonction depuis plusieurs années fait que les marques sont rapidement trouvées :

  • Egouttage des différents quartiers ;
  • Trottoirs améliorant la sécurité des piétons ;
  • Un bassin d’orage à Saive limitant les inondations fréquentes au pied du Vieux Château ;
  • Réfection et aménagement de la Grand Route Housse/Saint-Remy ;
  • Nouveaux logements sociaux à Housse ;
  • Stages pour la jeunesse ;
  • Vacances et excusions pour le 3e âge ;
  • Culture : + de 50000 prêts de livres dans nos bibliothèques communales, cours de musique en collaboration avec l’Académie de musique César Franck, cours d’alphabétisation et de français pour adultes, ouverture d’une nouvelle bibliothèque à Saint-Remy…

Le PS Blegny achève donc le 20ème siècle en assumant ses responsabilités pour la communauté blegnytoise. Celle-ci lui maintiendra-t-elle sa confiance au prochain millénaire ? Tel est l’enjeu du prochain scrutin.

2000

Nouvelles élections communales

Le millénaire amène un nouveau scrutin communal fixé au dimanche 8 octobre 2000.

La préparation de la liste amène, selon les heureux principes de fonctionnement de notre organisation politique, une large consultation de nos sections et de nos affiliés. Très rapidement, un consensus unanime aboutit à une confiance renouvelée à l’expérimenté Jean Bastin et aux Echevins sortants.

La campagne – animée par nos nombreux militants et notamment les militantes Femmes prévoyantes notamment à Blegny et à Saint-Remy sous la houlette des dévouées Jacqueline Grailet et Andrée Lucas et conçue dans un esprit serein et tolérant – met en évidence la gestion efficace et « en bon père de famille » de la législature précédente et la politique menée en matière de fiscalité raisonnable et stable qui a placé notre commune 1ère au hit-parade de la fiscalité de tout l’arrondissement de Liège.

Par ailleurs, l’engagement électoral est fondé sur le thème « Solide, réaliste et ambitieux : lancer et concrétiser de nouveaux projets » et décliné sous 6 rubriques :

  1. Cadre de vie et sécurité
  2. Enseignement
  3. Vie associative
  4. Petite enfance
  5. Internet
  6. Ouverture sur le monde
2001-2006

La majorité socialiste entre au 21e siècle

Cette première législature du nouveau millénaire sera marquée par quelques changements importants.

Après de nombreuses années de dévouement à la chose publique, où son engagement sur le terrain et son bon sens lui ont valu l’estime de tous, Gilbert Herkenne quitte le Collège et le Conseil communal. Un hommage bien mérité lui est rendu. C’est une Blegnytoise qui prend sa succession, Maryse Hecq, avec les attributions Etat-civil, Population, Personnel, Famille ONE et Marc Bolland reprend également la responsabilité du Service Travaux.

Mais l’événement majeur du début de cette législature est incontestablement le départ du Bourgmestre Jean Bastin. Il en fait l’annonce lors du Collège du 7 octobre 2002 ; quelques problèmes de santé expliquent cette décision qui provoquera beaucoup d’émotion non seulement dans les rangs socialistes, mais dans l’ensemble de la commune. Aussi l’hommage qui lui sera rendu au hall omnisports de Saive rassemblera près de 500 personnes. Les allocutions et les présences de tous les membres socialistes du Collège et du Conseil communal, de plusieurs membres de l’opposition, du Ministre Michel Daerden, du Gouverneur Paul Bolland, du Député-Bourgmestre Charles Janssens et des Bourgmestres de Fléron, Oupeye, Herve et Dalhem témoignent de l’estime générale méritée.

L’USC de Blegny est évidemment amenée à prendre position à la suite de cet événement imprévu. Le bulletin « Contact » de janvier 2003, dans un article sous la plume d’Alain Lepoint, Président de l’USC, fera part de la décision unanime prise :

« En ce début d’année, un événement important s’est produit pour notre Parti et pour tous les Blegnytois, Jean Bastin a décidé de mettre un terme à sa carrière politique et les militants, à l’unanimité, ont décidé de proposer sa succession à Marc Bolland, enfant de Blegny. Marc a accepté. Nous l’en remercions. Marc, comme les militants l’ont fait, pour Louis et pour Jean, ils seront à tes côtés ».

Dans le même « Contact », Jean Bastin s’exprime :

« Je pars avec le sentiment du devoir accompli : l’entité de Blegny est en bonne santé, tout le monde s’accorde pour le dire… Je vous remercie du fond du coeur pour le soutien que vous n’avez cessé de m’accorder durant toutes ces années de travail ».

Marc Bolland, à qui échoit la lourde tâche de la reprise du flambeau, lance ce message :

« Je suis né dans l’entité, j’y ai grandi et, depuis bientôt quarante ans, j’y vis… C’est donc avec beaucoup d’émotion que je prends en charge le mandat de Bourgmestre d’une commune si chère à mon coeur. C’est un honneur qui m’est fait et une responsabilité dont je pèse d’ores et déjà le poids et le sens ».

Cette législature sera marquée par de nombreuses initiatives prises par l’équipe PS maintenant conduite par Marc Bolland, mais toutes s’inscrivent dans l’esprit développé par les équipes antérieures, esprit de priorité à l’intérêt général, au service de villages « où il fait bon vivre »…

Il est impossible de les citer toutes, mais nous en évoquerons quelques-unes, parmi les plus significatives :

  • Régulièrement des assemblées de village sont organisées permettant un dialogue direct et franc entre les habitants et les autorités communales ;
  • En septembre 2004, inauguration de la station d’épuration de l’A.I.D.E. à Saint-Remy ;
  • En 2005, avec l’appui de Jean-Claude Marcourt, Ministre de l’Economie et de l’Emploi de la Région wallonne, création de Blegny Move, pour la gestion économique de l’entité ;
  • Dans le dossier de l’église de Saive, la réunion de chantier du 27 juin 2005 peut acter que les travaux de stabilisation du bâtiment sont terminés : l’église est sauvée ;
  • En matière de l’amélioration constante du cadre de vie, le REVEIL (Réseau VErt des Initiatives Locales) encourage l’investissement des citoyens dans la mise en valeur et la protection de leur cadre de vie ;
  • La collaboration active avec le Domaine touristique de Blegny-Mine se poursuit ;
  • Au rayon des travaux et des bâtiments : aménagement des abords du nouveau stade de Blegny, aménagements au carrefour Belleflamme, rond-point du Mineur Henri, inscription au plan triennal 2004-2006 (grâce au Ministre de la région wallonne Philippe Courard) de l’égouttage Housse-Carrefour Bouhouille, première étude pour aménager et sécuriser la place de l’église à Barchon, agrandissement de la salle des Amis de la jeunesse à Mortier, pose de la première pierre de la nouvelle école de Barchon et finalisation de l’aménagement de la Place Sainte Gertrude à Blegny, avec l’installation d’un rond-point dont l’utilité, aujourd’hui, n’est plus contestée par personne…

Faut-il rappeler, à ce sujet, l’interview de Jean-Paul Reynders, à l’époque chef de file de l’opposition ARC, dans le journal « La Meuse » du 29 janvier 2005 :

« La plus grande aberration en voie de réalisation est la création d’un rond-point au coeur de Blegny »…

Sans commentaire !

La suite de nos projets :

  • Le Plan de prévention de proximité ;

  • Le néerlandais à l’école ;

  • Eviter à nos villages de devenir des cités-dortoirs

  • Le promotion de l’image de Blegny avec la création d’un nouveau logo : « Blegny, mine de rien »… belle référence au passé minier de la région ;
  • Dans le domaine social : outre la poursuite et l’accroissement de l’effort budgétaire pour les différentes primes et avantages sociaux pour les moins favorisés, l’enfance, les familles. On notera l’installation de l’ONE dans de nouveaux locaux.
  • Fort remarquée, la visite que la princesse Astrid, Présidente nationale de la Croix-Rouge, a effectuée à la Croix-Rouge de Blegny, fondée il a près de 40 ans. A cette occasion, le Bourgmestre Marc Bolland a pu attirer l’attention sur la menace de fermeture du service d’ambulances, service qui, en 2004, a enregistré pas moins de 929 missions d’urgence et de 1.800 non urgentes. Message reçu puisqu’aujourd’hui ce service continue sa très utile activité pour toute la région ;

  • Les avantages sociaux dans les écoles : un décret de 2001permet aux écoles libres, à certaines conditions, de demander l’intervention de la commune dans les avantages sociaux. La commune de Blegny n’avait pas attendu ce décret pour aider tous les comités scolaires de l’entité (libres et officiels), qui se partagent équitablement depuis 30 ans une subvention annuelle de 6.000 Euros.

  • Dans le domaine des sports, la législature aura été également très féconde : le CREF (Centre régional d’entraînement et de formation de football),  premier coup de pelle en mai 2005 du Centre de formation de Tennis de table, soutien financier et logistique aux sociétés de gymnastique et aux clubs de marcheurs très actifs dans l’entité, le projet d’un nouveau hall omnisports à Blegny, près de Blegny-Mine, dédié aux sports de combat, le hall de Saive étant saturé. Si on y ajoute la remise à neuf des installations de gym à Housse, la nouvelle infrastructure pour le tennis à Housse, la création d’une belle piste BMX rue des Frères Hackin à Blegny, le site de pétanque à Barchon et le soutien logistique et policier aux nombreuses activités cyclistes ayant Blegny-Mine comme centre, on peut parler de « Blegny, commune sportive »…

2006

Campagne électorale

La confection de la liste aboutit à un accord unanime et cela très rapidement puisque c’est dès février 2006 qu’elle est établie et diffusée, avec le Bourgmestre Marc Bolland comme tête de liste et avec la présence de quatre candidats d’ouverture (Danielle Lacroix, Dominique Lallemand, Maurice Massart, Arnaud Keydener) issus de la société civile, preuve – s’il en fallait encore – de l’esprit de tolérance et d’ouverture dont a toujours fait le PS blegnytois. Arnaud Garsou, Président du CPAS, clôturant la liste.

L’allégresse de cette nouvelle et belle victoire est à peine ternie par la réclamation introduite par le chef de file de l’ARC Jean-Paul Reynders, demandant qu’on revote parce que le vote électronique n’avait pas bien fonctionné dans certains bureaux : réclamation évidemment rejetée par les autorités de validation parce que non fondée sérieusement !

Toute l’équipe des mandataires et les responsables de l’USC et des sections établissent leur « fil rouge » pour 2007-2012, avec trois axes essentiels :

  • développement des infrastructures ;
  • maintien de la qualité de notre cadre de vie ;
  • renforcement t de la cohésion sociale.

…et cela dans la volonté de renforcer l’identité de nos villages et dans le cadre de la poursuite d’une fiscalité basse, par rapport à la plupart des autres communes de l’arrondissement, et d’un budget équilibré.

2007-2012

La tête et les jambes

La plupart des innovations et des réalisations qui suivront font partie de l’histoire contemporaine. Elles ont été visibles de tous et sont encore dans toutes les mémoires. Nous en ferons donc un simple rappel, en en choisissant quelques-unes :

  • établissement d’une salle communale à Mortier, Housse et Barchon ;
  • investissements « verts » en remplaçant la pluparts des chauffages au mazout par le gaz et placement de nombreux panneaux voltaïques ;
  • avec le CPAS, 600 familles par an aidées par les aides ménagères et les services conventionnés ;
  • lancement des chèques-commerces : soutien au commerce local, une initiative qui sera ultérieurement imitée par d’autres communes ;
  • locaux à disposition de l’ASBL Blegny Move ;
  • transfert au CPAS des anciens locaux de la gendarmerie à Blegny, ce qui permet la création de 5 appartements et d’un studio d’urgence ;
  • préparation du dossier de construction à Housse, Place Joseph Matoul, de 8 appartements à réaliser par le Foyer de Fléron ;
  • construction d’un second hall sportif à Blegny, près de Blegny-Mine, dédié aux sports de combat ;
  • poursuite des « trottoirs » (Saint-Remy, Voie du Pont et rue Supexhe – Blegny, rue de l’Institut) ;
  • nouveau service de mobilité « Blegny-Bus » ;
  • amélioration (avec égouttage et trottoirs) de la route régionale Housse/Saint-Remy, avec bassin d’orage au pied de la rue Soldat Diet à Saint-Remy, le plus gros chantier de la commune depuis les fusions des communes. L’inauguration peut avoir lieu le 13 juin 2008 ;
  • développement des marchés locaux à thème (fleurs, livres) ;
  • aménagement des berges du Bolland à Basse-Leval ;
  • construction de 9 nouveaux logements sociaux à Saive et achèvement de la première phase de rénovation au Parc Marcel François à Saint-Remy ;
  • création par l’équipe du REVEIL d’une zone d’alevinage de jeunes truites en amont de Barchon ;
  • début de l’égouttage entre Blegny et Barchon ;
  • la nouvelle école de Saint-Remy est inaugurée le 20novembre 2010 ;
  • réalisation d’un RAVEL entre Barchon/Housse/Saint-Remy (promenade Nicolas Donnay) ;
  • poursuite du soutien à l’activité commerciale : il n’y a à Blegny aucune taxe communale sur les terrasses, le personnel occupé, les vitrines, les enseignes…
  • mise en place d’un réseau de communes francophones (notamment avec des communes du Nord de la France et du Gers) ;
  • création d’un Fonds Solidarité Energie ;
  • première approche ambitieuse et positive du dossier de la caserne de Saive dont on a appris à la fin de la législature qu’elle était à vendre… Dossier dont on reparlera !…
  • poursuite de la politique de « la main tendue » : le PS a associé des représentants de l’opposition à toutes nos initiatives de participation citoyenne, de façon claire et transparente (Enfanfare, REVEIL, Blegny Move, Commission d’accueil, Comité de jumelage…) ;
  • la place publique de Trembleur est aménagée ;
  • poursuite du travail du REVEIL (promenades, poubelles, bancs) ;
  • peau neuve pour le site Internet communal (agenda, nouveautés, moteur de recherche…) ;
  • développement des expositions d’artistes locaux ;
  • continuation au soutien actif au succès de Blegny-Mine (150.000 visiteurs par an).

On le voit : « la tête » a fonctionné et « les jambes » ont suivi !

2009

Blegny a un Député wallon !

Le 7 juin 2009, à l’issue des élections régionales, Blegny a, pour la première fois, un Député wallon.

Marc Bolland se fera remarquer par son assiduité, son franc-parler et la qualité de ses interventions. Il fut notamment à la base d’un projet de décret pour la défense et la promotion de la langue wallonne.

La même année, l’Echevine Myriam Abad-Perick, après un excellent résultat au scrutin provincial, est investie de la Présidence du Conseil provincial.

L’Echevin Jean-Claude Phlypo, estimant – à juste titre – avoir beaucoup donné à la vie communale et s’étant investi à fond dans les attributions qui furent les siennes, décide de renoncer à sa fonction. Au début de 2010, de gros problèmes de santé amènent l’Echevin Roland Bertho à devoir renoncer à son mandat d’Echevin et de Conseiller communal où il avait fait un travail très apprécié.

Maurice Massart, par ailleurs, quitte la Présidence du CPAS.

Ces trois mandataires méritants seront remerciés comme il se doit pour le travail accompli.

2012

Une campagne électorale claire et une équipe solide

Nous voici en plein dans l’histoire contemporaine… Beaucoup de choses propres à ces 5 dernières années sont encore dans toutes les mémoires. Nous ne les redétaillerons pas…

Rappelons toutefois le déroulement de la campagne communale d’octobre 2012.

Celle-ci s’organise sur un thème avec lequel l’opposition ne pourra rivaliser :

« Des idées claires, un vrai projet, une équipe solide, disponible et compétente… Notre contrat-programme citoyen 2006 est devenu le contrat des promesses tenues en 2012… Alors, continuons ensemble, dans la voie du bon sens… »

Selon la méthodologie démocratique et efficace qui a fait ses preuves lors des scrutins précédents, c’est, après une large consultation de toutes les sections couronnées par un accord unanime, que les instances du PS Blegny peuvent présenter la liste de leurs 23 candidats, avec une présence de 12 candidates féminines !

2013-2018

En route pour une nouvelle victoire

La Présidence du CPAS est confiée à Michel Dôme avec, comme

Conseillers, Geneviève Cloes, Jean-Paul Colson, Esther Lousberg et

Pascale Laffineur.

Dans le courant de la législature, soit pour des raisons de changement de domicile, soit pour des raisons professionnelles, soit pour des raisons stratégiques avec le passage de Myriam Abad-Perick à la Présidence du CPAS tout en maintenant sa place au Collège, quelques modifications auront lieu.

En conséquence, à cet instant, les équipes PS, prêtes déjà pour l’échéance 2018, se présentent comme suit :

Au Collège :

  • Marc Bolland : Bourgmestre, Finances et Personnel ;
  • Arnaud Garsou : Echevin, Etat-civil, Urbanisme, Infrastructures ;
  • Christophe Bertho : Enseignement, Accueil extrascolaire ;
  • Ismaïl Kaya : Patrimoine, 3ème âge, Travaux de proximité ;
  • Isabelle Thomanne :  Echevine, Culture, Sports, Jeunesse, Participation citoyenne, Associations ;
  • Myriam Abad-Perick : membre du Collège en qualité de Présidente du CPAS.

L’administration communale est placée sous la conduite d’Ingrid Zegels qui a succédé à Jean-Claude Clerfays, admis à la retraite après une carrière bien remplie. L’administration du CPAS est conduite par Pierre Cloots, Directeur général.

On peut faire confiance à nos mandataires, à ceux qui seront retenus pour la prochaine échéance, à tous nos militants dans les sections, à la guidance sage et dynamique de la Présidente de l’USC Marie Greffe : toutes les réalisations et les projets entamés ou menés à bien pendant les 5 premières années de cette législature, dans l’intérêt collectif de notre commune et des villages qui y gardent une identité chaleureuse, seront largement rappelés et mis en valeur dans le prochain scrutin communal, dans un an déjà… Nous ne les évoquerons pas ici.

A la fin de ce survol des quarante années de la majorité communale blegnytoise, ne peut-on pas conclure par deux mots :

  • FIERTE pour le travail accompli…
  • ESPOIR pour la poursuite du chemin…

Tous, la main dans la main et le coeur à l’ouvrage, pour poursuivre en 2018 ce beau parcours au service des Blegnytois.

Actions & réalisations

Dossiers

Débats & Propositions

Blog ouvert

Marchés publics, plus de pragmatisme et moins d’idéologie

Marchés publics, plus de pragmatisme et moins d’idéologie

Les règles relatives aux marchés publics s’inspirent de deux principes : L’utilisation de l’argent public doit être transparente ; Les marchés…

En savoir plus... »

Pour une responsabilité civile plus juste et plus solidaire

Pour une responsabilité civile plus juste et plus solidaire

Les règles de la responsabilité civile ont plus de 200 ans. Leur base essentielle se trouve dans l’article 1382 du…

En savoir plus... »

Le décret contre le cumul des mandats est-il un gage de progrès ?

Le décret contre le cumul des mandats est-il un gage de progrès ?

Une journée ne fait que 24 heures pour tout le monde. On ne peut donc pas exercer 50000 fonctions simultanément.…

En savoir plus... »

Endettés de tous les pays, unissez-vous !

Endettés de tous les pays, unissez-vous !

Il faut absolument rééquilibrer les rapports entre créanciers et débiteurs, sous peine d’implosion économique ou d’explosion sociale. Ces dernières années,…

En savoir plus... »

Qui veut encore des mandataires politiques ?

Qui veut encore des mandataires politiques ?

Au-delà de l’émotion, de la bagarre politicienne à court terme, les évènements politiques de ces dernières semaines sont interpellants : démission…

En savoir plus... »

Il ne faut surtout pas croire les économistes

Il ne faut surtout pas croire les économistes

Avant de décider, les décideurs doivent s’informer et recueillir tous les éléments utiles ; ils doivent ensuite en faire la synthèse.…

En savoir plus... »

La Belgique n’est pas un Etat, c’est un état d’esprit !

La Belgique n’est pas un Etat, c’est un état d’esprit !

Les institutions ne sont pas éternelles. Elles évoluent, elles s’adaptent, elles disparaissent, elles renaissent. Les Etats au sens moderne du…

En savoir plus... »

Peser davantage sur les rapports d’échange et les pièges de la société de consommation : c’est aussi le rôle du PS !

Peser davantage sur les rapports d’échange et les pièges de la société de consommation : c’est aussi le rôle du PS !

Jusqu’en 1945, un grand débat idéologique divisait la gauche : faut-il réformer la société en utilisant l’appareil de l’Etat ?…

En savoir plus... »

FISCALITE COMMUNALE : Il faut coordonner les politiques locales

FISCALITE COMMUNALE : Il faut coordonner les politiques locales

Le contexte des finances communales n’est pas bon. Trop de mesures décidées dans d’autres pouvoirs ont pour effet d’augmenter les…

En savoir plus... »

LA VERTU DU TRAVAIL : un mythe à réinventer

LA VERTU DU TRAVAIL : un mythe à réinventer

Qui oublie que le libéralisme est une morale avant d’être une théorie économique ? Une théorie économique, cela implique un souci…

En savoir plus... »

Chaque village a son équipe de bénévoles

Toute l’année, nos U.S.C. s’attachent à dynamiser la vie locale
et sont à l’écoute de tous afin de nous aider à améliorer le quotidien…

Coordonnées & Réseaux sociaux

Nous contacter

U.S.C. centrale

Place de la Maison du Peuple
4670 BLEGNY

Par téléphone

Marie Greffe
Présidente USC
0478/614 302

Par e-mail

info@psblegny.be

Retrouvez-nous sur Facebook

www.facebook.com/psblegny